En poursuivant votre navigation, vous acceptez l’utilisation de cookies à des fins statistiques et de personnalisation. Pour en savoir plus ou modifier vos paramètres cliquez ici.

Filière micro algues

 

Présentation du Projet Valoralg

Génèse du projet.

Le projet VALORALG a démarré en 2010 avec la réalisation d'une pré-étude qui avait pour objectif d'étudier l'opportunité de la mise en place d'une filière de production et de valorisation de microalgues sur le territoire du Pays du Val de Lorraine. Initialement, cette question était orientée vers une valorisation en algocarburant et liée aux opportunités offertes par le territoire :

  • présence de cours d'eau ;

  • présence d'industries qui pourraient fournir tout ou partie du CO2, de la chaleur et des nutriments nécessaires à la croissance des microalgues ;

  • présence de compétences multiples dans la recherche publique et privée.

 

Le Conseil de Pays a donc fait appel à Agria Lorraine pour coordonner cette étude qui a bénéficié du soutien financier de la Région Lorraine, de la DRRT et des fonds FEDER.

Les compétences de nombreux partenaires ont été mobilisées : le CEVA (Centre d’Etude et de Valorisation des Algues), PROGEPI, l’ENSAIA, le LIBio (Laboratoire d’Ingénierie des Biomolécules), le LRGP (Laboratoire Réaction et Génie des Procédés), l’école des Mines de Nancy, l’ADEME, le Pôle de Compétitivité Hydréos, …


Résultats de la pré-étude.

Cette première phase du projet a permis de valider la faisabilité technique de la production de microalgues sur le territoire. Des rendements de production allant de 25 à 35 t/ha/an, de matière sèche ont pu être estimés. De plus, un réel intérêt pour le couplage de la production avec un apport industriel de chaleur et/ou CO2 a été mis en avant sur les aspects économiques et environnementaux.

Cependant, la valorisation en biocarburant est apparue comme peu pertinente, entraînant à ce jour des coûts économiques et environnementaux trop lourds. D'autres voies de valorisation ont été identifiées :

  • molécules d’intérêt à hautes valeurs ajoutées pour la cosmétique, la nutraceutique, les industries agro-alimentaires et la pharmacie ;

  • nourriture piscicole ou méthanisation à partir des résidus dont auront été extraites les molécules d’intérêt ;

  • valorisation directe de l’algue sèchée pour la nutraceutique en tant que complément alimentaire.

 

Suite à ces conclusions qui ont réorienté le projet mais confirmé son intérêt, le Conseil de Pays du Val de Lorraine a poursuivi son travail sur VALORALG, dans le but de voir émerger un pilote de production et de valorisation des microalgues sur son territoire.

 

Couplage avec le projet METHASEILLE

 

Le Conseil de Pays du Val de Lorraine, accompagné d'Agria Lorraine, a rencontré différents acteurs pouvant potentiellement intervenir dans le futur pilote industriel, que ce soit en tant que partenaires, porteurs, apporteurs d'effluents, transformateurs ou clients.
En particulier, une rencontre a eu lieu avec la Chambre d'Agriculture de Meurthe-et-Moselle qui accompagne actuellement un groupe de sept agriculteurs engagés dans le projet METHASEILLE, un projet de méthanisation agricole de 500 KW. L’unité sera située sur la commune de Belleau (54), dans le territoire du Val de Lorraine.

Le biogaz produit par le méthaniseur sera valorisé par cogénération et produira donc de l'électricité et de la chaleur. L'électricité sera réinjectée sur le réseau. Mais, il est important, pour la rentabilité du système, de réussir à valoriser également la chaleur. Plusieurs pistes ont été envisagées pour cela. Celle qui est à ce jour privilégiée est celle du couplage avec une unité de production de microalgues. Il sera également possible de valoriser, de cette manière, le CO2 produit lors de la combustion du biogaz.

Afin de valider l'intérêt de ce couplage, une étude de faisabilité vient d'être lancée.

Elle comprend :

  • choix de la souche à cultiver (physiologie, productivité,…), description de ces conditions de croissance et des valorisations attendues (marchés associés),

  • description des expériences à mener en amont de la construction du démonstrateur,

  • production de micro-algues : description du bassin (taille, coût, température, …) et des équipements connexes (alimentation en eau, lumière, CO², ….),

  • récolte (type, coût, rendement…),

  • pré-traitement (description technique du système, main-d’œuvre, coût, …),

  • traitement (procédés, coûts, compétences mobilisables, …).

 

Une analyse financière complètera cette étude.

Il est à noter que la phase 1 « choix de la souche à cultiver / valorisation » et la phase 2 « description des expériences » seront utiles même si le couplage avec le projet « Méthaseille » n’est pas probant.

Cette étude est menée par le bureau d’étude Alghodis, filiale du Groupe Fabbri, impliqué dans le projet METHASEILLE, en tant qu’investisseur. Alghodis se positionne comme éventuel futur porteur du projet VALORALG, si la pertinence du couplage avec METHASEILLE est confirmée par l’étude de faisabilité.

 

Etudes réalisées avec le soutien financier de :